L’industrie 4.0, un virage incontournable

Nous avons tous entendu parler de l’industrie 4.0; ces concepts étant à l’origine d’un mouvement de changement important dans le monde industriel. Mais, qu’en est-il au juste ? Nous avons le réflexe d’associer le 4.0 à la technologie, ce qui est exact, mais ce n’est pas uniquement une question de technologie.

L’industrie 4.0 est la 4e révolution industrielle. Née en Allemagne en 2011, elle est à la fois une évolution et une révolution. Une évolution d’un point de vue technologique et une révolution par les transformations radicales qu’elle apporte à l’organisation de la chaîne de production et par l’impact induit sur l’économie.

Encore aujourd’hui la technologie en place est suralimentée et l’analyse des données qu’elle génère demande un effort titanesque. Les données générées par les capteurs et les systèmes de contrôle de procédé combinés à l’utilisation d’équipements robotisés ont permis d’augmenter considérablement la productivité des installations. Mais toutes ces données ont une valeur beaucoup plus grande lorsqu’elles sont combinées et analysées sous différents angles. L’enjeu réside dans la capacité à analyser cet énorme volume de données qui est si important qu’il porte un nom; le “Big Data” traduit en français par mégadonnées.

La solution à cet enjeu est l’intelligence artificielle (IA). L’IA permet d’aborder le problème de traitement d’une grande quantité de données ou de données complexes, ce qui n’est pas négligeable, car elle a permis une avancée considérable dans le traitement des images par exemple. Elle a également permis le traitement en temps réel de données de production dans le but de proposer des changements à la chaîne de production et même, dans certains cas, de procéder automatiquement à ces changements, mais à condition que le précédé de fabrication y soit préparé. C’est là qu’arrive le plus important changement; adapter les processus organisationnels à la nouvelle réalité du marché.

Les concepts introduits par l’industrie 4.0 s’accompagnent d’une révolution organisationnelle qui bouleverse les modèles d’affaires mais en revanche apportent plus de flexibilité, une meilleure performance et une augmentation de l’efficacité. Ces changements passent par l’utilisation d’équipements novateurs qui peuvent s’adapter, en temps réel, à un changement de commande de production ou à une variation des caractéristiques des composantes qui entrent dans la fabrication du produit fini.

L’exemple d’Harley Davidson qui a réussi à augmenter sa production de 25% avec une diminution de main-d’œuvre de 30% est un cas réel qui démontre les avantages de la mise en place des concepts de l’industrie 4.0.

Dans ce contexte de changement constant des méthodes de travail et des technologies, il devient difficile d’identifier les compétences humaines recherchées au sein des organisations. C’est pourquoi les nouvelles compétences prisées par le marché sont du domaine de la résolution de problèmes, de l’autoapprentissage et de la créativité. Dans ce sens, les grandes écoles du monde entier qui préparent les professionnels de demain adaptent leurs programmes afin de former des gens avec une grande capacité d’adaptation et de résilience au changement.

Ce qu’il faut retenir de l’industrie 4.0 est qu’il est un virage incontournable et que l’unique façon d’assurer notre avenir est d’y adhérer. Elle est en partie à l’origine de la renaissance de l’industrie manufacturière au Canada de par la diminution des coûts de production et l’augmentation de l’efficacité qu’elle génère. N’oublions pas que ce concept s’applique à l’ensemble des fonctions des organisations et qu’elle englobe un domaine d’affaire indissociable au processus de fabrication; la maintenance 4.0 qui fera l’objet d’une prochaine publication.


Derniers articles